Samuel Palmarini nous explique ce que recouvre le terme de ferronnerie contemporaine, et comment il se traduit au quotidien dans son activité.

Ozil Conseil : Pendant des années vous avez hésité à utiliser le terme de « ferronnerie » pour désigner votre activité, pourquoi décider de l’assumer aujourd’hui ?

La ferronnerie désigne un style de travail bien particulier, souvent connoté comme se déroulant « à l’ancienne » : ce terme évoque la forge, le travail des formes volutes, donc avant tout un savoir-faire ancestral. Je ne voulais pas créer de confusion avec ma propre façon de travailler, très éloignée de cet univers.

OC : Pour le commun des mortels, les frontières entre les différentes branches de la ferronnerie (ferronnerie d’art, contemporaine, classique) sont parfois floues. Comment définiriez-vous chacune d’entre elles ?

La ferronnerie d’art se résume pour moi à un travail d’artiste, utile entre autres pour les rénovations des bâtiments anciens qui nécessitent des méthodes de travail bien particulières avec des outils adaptés.

La ferronnerie classique est la ferronnerie la plus populaire. Elle laisse libre court à la créativité et s’adapte à tous les univers. Elle ne nécessite pas de méthodes de travail bien précises, mais des outils beaucoup plus modernes.

La ferronnerie contemporaine s’apparente parfois à la ferronnerie classique, mais en développant des lignes droites sobres et un soigné du design plus marqué. Les couleurs donnent souvent dans les tons de gris foncé, gris anthracite, etc. Elle s’adapte aux univers très modernes.

OC : Quelle est la particularité de votre atelier, ou votre marque de fabrique, en ce qui concerne la ferronnerie contemporaine ?

Nous essayons d’épurer au maximum (si la demande nous le permet) nos réalisations pour qu’elles soient les plus légères possible.

La sobriété est notre leitmotiv. Un de nos partenaires en aménagement moderne a pour devise « less is more ». Cette citation dont il a fait sa profession de foi témoigne d ‘une nécessité constante pour l’entrepreneur qui se veut contemporain. Et c’est ce que je veux transmettre dans mon travail.

OC : Quelles sont les réalisations qui reviennent le plus souvent parmi vos commandes ?

On me demande régulièrement de créer des portails, des garde-corps, et en ce moment particulièrement, des escaliers.